LA COMMUNE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE

« Il ne faut pas tuer la poule aux œufs d’or »

La terre nous nourrit et il est donc d’un bon sens élémentaire de s’employer à ne pas la détruire. Au niveau d’une commune, nous pouvons vous assurer que cela est possible. Il suffit de le vouloir et de relever ses manches. La conviction, la détermination, le travail d’une équipe et la participation de la population peuvent soulever des montagnes. Les obstacles sont nombreux mais néanmoins les mentalités évoluent de même que la législation. Nous avons désormais, au niveau législatif, les moyens de mettre en place une dynamique écologique réelle sur les territoires. C’est une aventure passionnante de poser les fondations d’une vision plus juste des rapports de l’homme et de son environnement. Chaque jour, il faut remettre l’ouvrage sur le métier et ne pas hésiter à faire changer les habitudes, à commencer par les siennes. C’est ce que nous nous efforçons de faire depuis trois ans à St Vincent sur Jabron et ce que nous souhaitons ardemment poursuivre.

De la conviction à l’action

Le plus petit de nos gestes peut être au service des plus grandes causes. Ainsi, une réflexion globale a été engagée au niveau de l’équipe municipale pour diminuer l’empreinte écologique sur le territoire au fil des ans.
Des contacts ont été pris avec des maires d’autres communes qui avaient su montrer l’exemple (Correns, premier village bio de France, Barjac, etc.) afin de bénéficier de leur expérience. Leur enthousiasme et leur persévérance sont une preuve de plus que si l’on veut, on peut.
Notre conception de l’écologie est à l’inverse de la poudre aux yeux. On dit que l’enfer est pavé de bonnes intentions. Chaque décision doit être analysée dans toutes ses conséquences. Ainsi, par exemple, si l’on décide de se chauffer au bois pour éviter de puiser dans les énergies fossiles, il faut se poser la question de la filière bois en amont, de sa prise en compte de l’écosystème, de la proximité des points de livraison ainsi que de la localisation de l’approvisionnement. Cela peut paraître évident mais, dans les faits, on constate que souvent la réflexion s’arrête en cours.
 
 

St Vincent sur Jabron, terre de paysages et de biodiversité, se situe dans une vallée à la charnière du massif alpin et de la Méditerranée. Les deux bassins versants de la montagne de Lure et de la montagne de Mare ainsi que la rivière du Jabron, affluent de la Durance, au régime torrentiel, déterminent les grandes lignes de la géographie d’un territoire très attachant par sa beauté, sa diversité et l’espace encore préservé où peuvent vivre en un équilibre précieux la nature et ses habitants.
Cet équilibre, lié à un développement plus harmonieux que dans la plupart des campagnes françaises, a permis la préservation d’une biodiversité tout à fait exceptionnelle, attestée par de nombreuses études de spécialistes de la faune et la flore qui n’ont pas hésité à présenter la protection de cette richesse patrimoniale comme aussi importante que la protection de la canopée en Amazonie.
La municipalité, élue sur un programme d’écologie et de solidarité, a essayé de prendre toutes les mesures de cette responsabilité par une attitude permanente et donc transversale d’ouverture à tous les outils lui permettant de mettre en place avec la population une plateforme de mesures, aussi opérante que possible, en faveur de la préservation des richesses naturelles et des bienfaits pouvant en découler pour les habitants du territoire.
 

La convention passée avec le Conservatoire des espaces naturels PACA
(Pour en savoir plus, consulter le site : www.ceep.asso.fr) 
Cette convention permet:
- une collaboration active entre la commune et les professionnels de l’environnement sur le plan de la poursuite d’un diagnostic des espèces remarquables sur le territoire.
- une information régulière de la population de ces avancées de la connaissance et des mesures de préservation qui peuvent en découler
- un travail pédagogique en direction des écoles et des associations qui le souhaitent
- l’élaboration de documents scientifiques en collaboration avec les services de l’état (DREAL, DDT, etc)
D’ors et déjà, de nombreuses espèces protégées, tant végétales qu’animales, ont été répertoriées ainsi que des arbres et des boisements remarquables.

Lire la suite